C’est parfois un serpent magicien,

Lové près de ton cœur.

C’est parfois un pigeon qui roucoule,

Sur la fenêtre blanche.

C’est parfois sous le givre qui brille

La vision d’une fleur.

Mais mène, en secret, à coup sûr,

Loin de la joie tranquille.

Il sait pleurer si doucement

Dans la prière du violon,

Il fait peur quand on le devine

Sur des lèvres que jamais on n’avait vues.

Anna Akhmatova -

L'amour