Nous n’avons guère plus de prise sur notre vie  

que sur une poignée d’eau claire.

Nous ne possédons 

que ce qui nous échappe 

et se nourrit de notre amour :

un arbre dans le songe,

un visage dans le silence,

une lumière dans le ciel.

Image de book, girl, and nature

Le reste n’est rien.

Le reste c’est tout ce qu'on jette

dans les jours de colère,

namk1: “ suratebi siyvarulze ”

dans les heures de rangement.

Il y a ceux qui jettent.

Il y a ceux qui gardent.

Il y a ceux qui régulièrement mettent leur maison à sac,

ou le réduit d’une mémoire,

le recoin d’un amour.

Ils mettent de l’ordre.

Ils jettent. 

C’est une manière de funérailles,

une façon d’apprivoiser l’absence

comme de ratisser le gravier d’un chemin

par où mourir viendra. 

 

 

Christian Bobin-La part manquante

Bon dimanche

 

Bises

 

Mija